• POÈME AMÉRINDIEN

     


    Je chevauchais dans les grandes plaines,
    Libre, les cheveux au vent,
    Ne faisant qu'un avec elle, La grande Terre-Mère.
    Au temps des grands espaces, J'étais libre
    Mes mains dans ta crinière Cheval mon ami, mon frère.
    Respirer l'odeur des hautes herbes Et des troupeaux itinérants, Voir aussi loin que l'horizon, Se sentir vivant !
    Chaman, guerrier ou chasseur, A ma tribu j'étais utile,
    J'avais ma place dans l'Univers.
    Même de la mort, je n'avais pas peur!
    Je savais qu'après ce passage, Toujours je serai là, Chevauchant dans les grandes plaines, Libre...
    Libre, les cheveux au vent,

    « TRÈS BEAU CADEAU DE MON AMIE COLISUR LES TRACES DE BISON BLANC »

  • Commentaires

    2
    Samarien 80 Profil de Samarien 80
    Lundi 4 Février 2013 à 22:37

    Bonsoir, En visite sur ton blog je viens te souhaiter une bonne nuit. Amitié. Léo.

    1
    Lundi 9 Juillet 2012 à 09:13

    Coucou Rebecca,


    je viens te souhaiter une bonne semaine, accompagnée d'un timide rayon de soleil, mais vraiment pâle!!! c'est toujours ça!


    Une très bonne journée à toi, rien de spécial ici, le courant!!!


    Bisous bisous.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :