• RAVEN...!

    CORBEAU
    Les indiens de la côte du Nord-Ouest croyaient en de nombreux mythes par lesquels ils expliquaient, par exemple, la naissance du jour et l'alternance de l'été et de l'hiver. Le principal personnage de plusieurs de ces mythes était le puissant et malin Corbeau (Raven), connu sous différents noms selon les tribus.

    Dans le Nord de la côte, il était l'emblème le plus populaire.
    Dans le Sud, on le considérait comme un esprit protecteur. Ceux qui le possédaient étaient d'excellents chasseurs jouissant d'une grande finesse dans la chasse. Le Corbeau était à la fois bienfaisant et maléfique et sa malice l'a condamné à être noir pour toujours. Les Haidas, les Tlingits et les Tsimshians avaient des clans qu'ils appelaient Corbeau.

     

     

    Contrairement à chez nous, le corbeau occupe une place prépondérante chez les Indiens d’Amérique qui ont toujours entretenu un lien très fort avec la nature et mis les animaux à l’honneur dans leurs mythes et leur quotidien. En ce qui concerne notre ami le corbeau, dans l’ensemble des tribus, il se retrouve à l’origine de la création du monde.
    Chez les Inuits, Tulungusaq, un être né du ciel en est le héros. L’hirondelle lui désigne l’argile du sol. Tulungusaq se transforme alors en corbeau et se met à la façonner. Il crée les plantes, les animaux et les hommes. Remis de sa surprise, il réalise alors la femme pour qu’elle accompagne l’homme. Pour terminer, il fabrique les astres du jour et de la nuit pour mettre fin à l’obscurité primitive.
    Les indiens Haidas des îles de la Reine-Charlotte (au large de la Colombie-Britannique) racontent que le Grand Corbeau est à l’origine de l’univers de la mer sans fin. A la place de l’argile, c’est avec des pierres et des feuilles que l’homme est conçu. Mais la divinité n’achève pas les hommes de pierres, seulement ceux de feuilles. Le Grand Corbeau leurs montre les arbres et leurs explique : « comme les feuilles vous devez tomber et pourrir afin que plus rien de vous ne demeure. » La mort est née sur terre.
    Chez les Athabascans du nord du Canada, le mythe de la création comporte quelques similitudes avec le christianisme. Il rappelle l’histoire de Caïn et Abel. Il s’agit de deux corbeaux fondateurs, l’un noir et l’autre blanc. Le corbeau blanc créa le monde. Son frère fou de jalousie le tue.
    Dans le nord-ouest américain, les Indiens racontent : « Le corbeau était bien seul. Un jour qu’il arpentait la grande plage, il se sentit triste. Hormis les arbres, la lune, le soleil et quelques animaux, le monde était vide. Son cœur aspirait à la rencontre d’autres créatures. C’est alors qu’une grosse praire émergea du sable en émettant un étrange gargouillement. Corbeau regarda attentivement, et tandis que la coquille s’ouvrait lentement, il vit avec surprise en sortir de minuscules êtres humains. Ils parlaient et riaient, se débarrassant du sable qu’ils avaient sur la peau. Corbeau fut heureux et fier de son œuvre. Il se mit à chanter pour exprimer sa joie et souhaiter la bienvenue à ses créatures. Grâce à lui, les premiers hommes étaient venus au monde. »
    Le corbeau est aussi reconnu chez les Indiens pour sa sagesse et son courage. Son exploit le plus connu est celui du vol de la lumière dont on retrouve de nombreuses versions parmi les tribus de la côte ouest des Etats-Unis. « A l’époque de la création du Monde, la lumière appartenait à une seule famille qui la gardait jalousement. Mais le corbeau magicien se transforma en grain de poussière et, à la faveur de sa petitesse, put pénétrer dans la maison bien gardée. Là, il se transforma de nouveau, et grâce à une formule magique, s’incarna dans la famille dont il devint l’enfant. Après avoir obtenu du père qu’il lui remît les rayons éclairants, il reprit son aspect habituel d’oiseau et s’envola. Ainsi le corbeau apporta la lumière aux hommes. »
    Un autre mythe veut qu’il ait libéré la rivière Bella Coola. En effet, les rivières et ses habitants étaient enfermés dans une caverne par un énorme rocher. Le corbeau fut le premier à briser cette barrière.
    Le corbeau est également un personnage nourricier chez les Indiens. Dans la tribu Hopis, l’ancêtre maternel de tous les kachinas – esprits invisibles qui prennent part aux affaires humaines – est appelé « Mère Corbeau ». Une légende des indiens Delaware veut que le corbeau soit le premier à apporter les semences aux hommes.
    Le corbeau est également un guide. Chez les Inuits, le corbeau a un pouvoir de divination. Autrefois, quand les Inuits voyaient passer un corbeau ils lui demandaient où se trouvait le gibier. L’oiseau incline alors une aile pour montrer où se situent les ours et les caribous. Le corbeau est aussi un guide qui mène l’homme décédé vers ses ancêtres.
    La complexité et les nombreuses transformations du corbeau dans les histoires indiennes rappellent certaines divinités de l’ancien monde comme le grec Dionysos, le dieu Loki en Scandinavie et Shiva l’hindou.

    RAVEN...!

     

     

     


    46 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique