• AJALKUJK  ATUKWOKUN - LA LÉGENDE DES SEPT SŒURS

     

    Ajàlkujk atukwokun  /  La légende des Sept Soeurs

    
(«Les Sept Soeurs» est l'amas d'étoiles que les scientifiques nomment «Les Pléiades»)

    Il y a des lunes un jeune Mi'mak s'adonnait au jeûne, à l'écart près d'un lac dans une loge où personne ne se serait aventuré.  Un certain soir alors que son jeûne était presque terminé, il était assis à l'entrée de sa loge.  À sa grande surprise il entendit un son mélodieux au loin.  Regardant autour de lui il ne voyait rien qui pouvait produire un son musical.  Petit à petit le son s'amplifia.  Il lui semblait alors que le son venait du ciel obscur de la nuit de l'autre côté du lac.


    Le jeune Mi'kmaq continua d'être attentif.  Il lui sembla un moment que les voix venaient d'une plage toute proche.  Silencieusement il nagea à travers les roseaux qui poussaient entre sa loge et la plage toute près.  Alors qu'il nageait, il s'aperçut que la musique était plus claire, plus précise, qu'elle semblait de plus en plus proche.  Arrivé à la plage il se faufila entre les roseaux et regarda autour de lui.  Sur la plage, Sept Soeurs (Ajàlkujk) chantaient et dansaient main dans la main.  Elles étaient toutes belles et étaient entourées d'un céleste halo lumineux.  L'une d'elles était même plus jolie que les autres.  Il tomba immédiatement amoureux d'elle.  Alors qu'il tentait de se rapprocher, un cailloux glissa sous sa main et fit un bruit.  Les Sept Soeurs (Ajàlkujk) partir tout à coup et montèrent sur un grand panier d'osier, et disparurent dans le ciel obscur de la nuit.



    Dans sa loge de jeûne il se demanda ce soir là et  tout au long de la journée qui suivit si ces jolies soeurs allaient revenir un jour.  Le soir suivant il regarda et tendit l'oreille attentivement.  Après un moment il entendit une chanson au loin.  Heureux que les Sept Soeurs (Ajàlkujk) étaient de retour il rampa jusqu'à la limite des roseaux.  Il était presque rendu à la plage.

    Lorsque les Sept Soeurs (Ajàlkujk) revinrent du ciel, il était là à les regarder.  Il vit leur grand panier d'osier atterrir sur la plage.  Il les vit descendre et se mettre à chanter et danser.  Émerveillé, il resta où il était, ne bronchant pas et évitant de faire du bruit.

    Après avoir dansé en groupe pour un long moment, elle se mirent à danser une à une.  La plus belle d'entre elles dansa à son tour.  Jamais il n'avait vu une femme aussi belle et une femme danser aussi gracieusement.  Sans réaliser qu'il le faisait, il émit un son qui exprimait son émerveillement.
    Instantanément les Sept Soeurs (Ajàlkujk) montèrent dans leur panier et disparurent dans le ciel comme elles l'avaient fait la première fois.

    Pendant plusieurs autres soirées il les entendit chanter et les vit danser sur la plage.  Petit à petit s'installa dans son coeur le désire de s'emparer de la femme de qui il était devenu amoureux  Un soir alors qu'elles dansaient, il se précipita au milieu d'elles.  Tout comme les autres fois elles montèrent dans leur panier qui se trouvait près d'elles et pendait du ciel.

    La dernière à monter dans le panier fût celle de qui il était devenu amoureux.  Il la saisit au moment où elle mettait sa main sur le rebord du panier.  Se cramponnant, il monta aussi avec elle.  À un certain moment la belle Soeur lâcha le panier et ils tombèrent tous deux sur le sol.
    Le jeune homme avoua son amour pour elle.  La jeune fille était peinée mais n'éprouvait aucune colère contre lui.

    Nous sommes Sept Soeurs (Ajàlkujksieg) lui dit-elle.  Nous avons toujours vécu ensemble.  Nous somme un groupe d'étoiles que tu as souvent vu dans le firmament.  C'est depuis longtemps une habitude que nous avons pris de venir danser et nous amuser sur la terre à ce temps de l'année.  Je ne peux devenir ta femme à moins que tu viennes avec nous dans le ciel.

    Le jeune homme monta dans le ciel avec cette belle femme qu'il aimait.  Dans le territoire du ciel il trouva que tout était parfait.  Les souhaits que chacun formulait se réalisaient instantanément, sans effort.  Dans le territoire du ciel le jeune homme et la jeune femme vécurent comme mari et femme.
    C'est pourquoi depuis ce jour, lors de soirée étoilée, on ne peut voir que six des sept étoiles qui vivaient auparavant dans cette constellation.  Il arrive qu'on puisse voir l'ombre d'une septième étoile, à peine visible, faiblement lumineuse.

     

    AJALKUJK  ATUKWOKUN - LA LÉGENDE DES SEPT SŒURS

     

    TEXTE ET IMAGES VENANT DU NET

     



    44 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique